Football : sur la route du Mondial, les Bleues s’imposent dans la douleur en Slovénie

Menée, malmenée, rejointe en toute fin de match, mais victorieuse malgré tout. L’équipe de France féminine de football est finalement venue à bout de la Slovénie (3-2), mardi 21 septembre, en match de qualification pour la Coupe du monde 2023.

Dans le petit stade de Murska Sobota (Nord-Est), à la pelouse cabossée, les Bleues ont évité le traquenard malgré un faux-départ et une fin de match irrespirable. Au coup d’envoi, la sélectionneuse Corinne Diacre avait choisi de reconduire quasi intégralement l’équipe gagnante vendredi en Grèce (10-0). Son seul changement était le plus marquant, mais il ne répondait pas à un choix sportif. Amoindrie par une gêne musculaire à la cuisse droite, Wendie Renard a en effet été contrainte de laisser sa place à la Parisienne Elisa De Almeida.

En l’absence de la Lyonnaise, désignée capitaine à la rentrée, la défense française a tangué comme rarement, bousculée par les projections rapides des Slovènes. Les Bleues ont encaissé l’ouverture du score après seulement 20 minutes de jeu, par Lara Prasnikar, qui profitait d’un marquage lâche pour donner espoir d’entrée à la modeste 49e équipe au classement FIFA (0-1).

Pendant que le demi-millier de spectateurs exultait, Diacre affichait la mine des mauvais jours. Pas assez tranchantes, maladroites par séquences, les Bleues ont cependant repris des couleurs grâce à Marie-Antoinette Katoto, double buteuse de la tête sur un coup franc de Majri (28e, 1-1) puis un centre de Sandy Baltimore (60e, 2-1), passeuse décisive quatre minutes après sa remuante entrée en jeu. Après un triplé en Grèce, son premier en sélection, Katoto porte son total à dix buts en six matchs avec les Bleues.

Lire aussi Coupe du monde 2023 : large victoire de l’équipe de France féminine de football contre la Grèce en ouverture des qualifications

Un penalty généreux

Mais en fin de rencontre, la victoire semble filer entre les mains françaises après le penalty de la capitaine locale Mateja Zver, consécutif à une faute de Sakina Karchaoui sur Ana Milovic (88e, 2-2).

Un moment de doute pour Corinne Diacre : « Je me dis qu’il reste encore quatre minutes d’arrêt de jeu, a expliqué la sélectionneuse après la rencontre. J’ai hésité à faire un dernier changement mais quand j’ai vu l’attitude des filles… Il y a des signes qui ne trompent pas. Quand on récupère le ballon comme ça, qu’elles vont vite vers le rond central pour faire l’engagement. »

Corinne Diacre a vu juste : les Françaises obtiennent également un penalty après une faute sur Amel Majri. « Je pense qu’il n’y a pas penalty contre nous, et que le penalty pour nous est simplement une compensation, c’est ce qu’a dit l’arbitre à mes joueuses », a raconté le plus sincèrement possible la sélectionneuse française.

Lire aussi : Les Bleues abordent une nouvelle ère sans Amandine Henry et Eugénie Le Sommer

Qu’importe, Majri ne tremble pas pour offrir la victoire aux Bleues à la 94e minute (3-2). Cela leur permet de quitter le froid du Prekmurje, région voisine de l’Autriche et de la Hongrie, avec la première place du groupe, à égalité de points avec le Pays de Galles. Elles affronteront leur rival le plus sérieux en novembre, après avoir rencontré l’Estonie et le Kazakhstan entre-temps.

Le Monde avec AFP

Lire la suite sur Le Monde.fr