Fabrice Metz: le coronavirus, une “menace fantôme”

Comment se déroule le confinement en famille?

Je suis dans une maison à une quinzaine de kilomètres de Pau. Ca se passe très bien avec un grand jardin pour m’entretenir physiquement. On est quatre, avec ma compagne et mes deux enfants de 2 ans et demi, Lise et 4 mois, Noé. L’idée c’est de savoir les captiver, d’avoir de l’imagination pour qu’ensuite ils puissent s’amuser. On prend des nouvelles tous les jours par téléphone. La plus grande aime la “visio” pour voir mes parents restés en Alsace, “mamy choucroute” et “papy bubuche” comme elle les surnomme.

L’épidémie a sévèrement touché votre régions natale et familiale, L’Alsace. De l’inquiétude j’imagine…

Oui, forcément, quand on voit comment la région a été touchée…, surtout comparé à l’Aquitaine, ça fait très peur. Je suis très préoccupé parce que connais du monde en Alsace. La chance, c’est que mes parents et mes frères n’habitent pas une grande ville mais plutôt dans des petits villages de la campagne, l’exposition est moindre. En revanche, j’ai des amis d’enfance qui travaillent en milieu hospitalier à Strasbourg, infirmiers et kinésithérapeute en “service covid”, ils sont en première ligne. On vit une période incroyable. On nous dit de rester chez nous pour lutter contre un virus mortel invisible. Le plus important c’est de respecter à la lettre le confinement. Ce virus peut être présent et mettre quelques jours avant que les symptômes se déclarent, c’est une “menace fantôme”, c’est vraiment particulier comme guerre d’usure.

Avec votre entreprise, vous pourriez faire des aller et retour Béarn-Alsace…

Non, je n’utilise pas la dérogation à titre professionnel dont je pourrais bénéficier. Je reste en télétravail à Pau en confinement. Mon frère, associé dans l’entrepris, l’utilise avec parcimonie en Alsace (où l’entreprise est basée) pour des rendez-vous professionnel et travailler avec la machine. En fait j’ai profité de cette période de confinement pour travailler sur le développement de cette société. Beaucoup de choses se sont débloquées les dernières semaines. Mais je n’oublie pas de travailler le physique. Ce serait inadmissible de revenir en surpoids et totalement hors de forme si le championnat devait se finir. Je cours cinq fois par semaine pour autant de séances de cross-fit. Rester en forme et avec du gaz! Pour garder le contact, on a un groupe WhatsApp et on s’appelle assez souvent, le lien n’est pas rompu.

Lire la suite sur RMC Sport