Champion des champions du Top 14: Stade Français 2004

Moins bon des huit qualifiés de la phase de poules (28 points, 7 victoires, 7 défaites), le Stade s’adjuge la place de meilleur premier des play-offs (14 points, 4 victoires, deux défaites)

Demi-finale: victoire 31-21 face au CS Bourgoin-Jallieu au Stade Gerland de Lyon

Finale au Stade de France : victoire 38-20 face à l’USA Perpignan

Stade Français : 2 essais Bergamasco, Corleto ; 2 transformations Domínguez, Skrela ; 6 pénalités Domínguez (5), Skrela (1) ; 2 drops Domínguez, Dominici

USA Perpignan : 2 essais Bomati, Edmonds ; 2 transformations Giannantonio ; 2 pénalités Giannantonio

L’équipe :

Corleto – Hernández,Glas, Liebenberg, Dominici – (o) Domínguez, (m) Pichot – Bergamasco, Tabacco, Rabadan – James, Auradou (cap) – de Villiers, Blin, Marconnet

Remplaçants:

August, Lemoine, Marchois, Moni, Mahé, Skrela, Lombard

Ent : Mallett

Une saison compliquée: C’est la dernière pour la formule du Top 16 avec deux poules qualifiant les quatre premiers de chacune pour les plays-offs et les quatre derniers pour les play-downs. Colomiers et Montauban descendent en Pro D2 dans une poule de mantien dominée par Clermont et Montpellier. Le Stade Français qualifié de justesse lors des deux dernières journées hausse son niveau, Dominguez organise et enquille les points, vitesse et puissance sont la marque de Mallett qui devient le premier entraîneur étranger à réaliser le doublé. La demi-finale gagnée en terrain hostile (Lyon) contre le CSBJ du meilleur réalisateur Alexandre Péclier est d’une maîtrise qui augure ce que sera la finale. L’USA Perpignan arrache son billet 18-16 pour le Stade de France contre le Stade Toulousain en laissant énormément d’énergie dans la fournaise de la Mosson de Montpellier avec un suspense étouffant 6 minutes au-delà du temps réglementaire…

Une finale avec un grand Diego Dominguez : Première finale pour sa première saison en France, Hernandez vient compléter la filière argentine avec le capitaine Pichot à la mêlée, Dominguez en 10 et Corletto à l’arrière. L’USAP, meilleure défense du championnat ne veut connaître une nouvelle défaite contre Paris en finale comme en 1998. La finale est donc verrouillée, les buteurs d’affrontent : Giannantonio pour l’USAP, Dominguez pour Paris. Giannantonio va connaître deux échecs sur quatre tentatives, Dominguez fait trois sur trois. Deux drops de Dominici – le seul de sa saison – puis de l’inévitable Diego créent le break, 15-6, Jeanin sauve l’USAP grâce à un repli défensif de grand sprinter pour priver Corletto d’un essai avant la pause. Dominguez va martyriser l’USAP avec trois buts de plus et pour sa dernière action de joueur du Stade Français va transformer l’essai en force de Bergamasco, 28-6 (53e). Heure de jeu fatale pour les Catalans, Paris est trop fort, pénalité de Skréla puis essai tranchant de Corletto après une lumineuse percée de Glas scellent le sort de la finale, Skréla ajoute la transformation et une pénalité, 38-6 (66e). Les essais transformés de Bomati et Edmonds n’empêcheront pas le Stade Français de devenir 7 ans après Toulouse la première équipe à conserver le Brennus.

Coupe d’Europe : éliminé en quart de finale de la Champions Cup par le Munster à Limerick 37-32

Lire la suite sur RMC Sport