Bardet va finalement faire le Tour et annonce “une grande bataille”

l devait participer au Giro cette année pour la première fois de sa carrière, mais le coronavirus a bouleversé ses plans.  Devant l’incertitude entourant la tenue et la teneur de la course italienne, Romain Bardet préfère se concentrer sur le Tour de France qui doit si tout va bien se disputer du 29 août au 20 septembre.

Si la situation sanitaire le permet, ta participation au Tour est elle actée?

Oui, c’est vrai qu’on s’est tous réjoui mercredi de cette nouvelle programmation du Tour, c’est vraiment une bonne nouvelle qu’on attendait parce que voilà, on envisageait une saison blanche ou presque. Donc de se dire qu’il va y avoir le plus grand évènement du cyclisme mondial qui va se tenir à la fin du mois d’août c’est quand même une grosse perspective. J’ai faim de compétition, j’ai faim de remettre un dossard et de me remêler à la lutte. Donc s’il se tient au dates prévues je vais en faire partie.

Avec un sentiment de revanche par rapport à l’an passé?

Non pas du tout. Je n’ai aucun objectif. C’est pas la question aujourd’hui. Là on croise les doigts, c’était une super nouvelle de voir que petit à petit on est sur une sortie de crise et qu’on pense à l’après. Ca ne présume pas des difficultés à venir et des semaines encore douloureuses. On a maintenant un calendrier et des perspectives dans le meilleur des cas, et en tant que sportif de haut niveau on a besoin de ce genre d’objectif. Là c’était pas facile à gérer au niveau des émotions et de l’entrainement parce qu’on ne savait pas trop pourquoi on grimpait sur un vélo dès le matin. Là c’est enthousiasmant de pouvoir établir quelques plans.

Ce Tour de France en septembre, aura-t-il la même saveur?

On l’abordera différemment par rapport aux autres années. Mais on doit tous se réjouir de sa tenue. Bien sûr ce sera pas une copie conforme, mais on vit une période troublée avec le confinement, et on a besoin d’une grande fête populaire pour se rassembler même si c’est sur des dates qui sont un peu particulières. Avec la rentrée scolaire en parallèle, et avec sans doute les modalités d’accès des spectateurs étrangers en France modifiées, y’aura sans doute moins de monde au bord de la route. Mais ce sera toujours retransmis à la télé, et ça restera un évènement central.

Sportivement, le Tour sera plus ouvert? As-tu des chances de l’emporter?

Encore une fois c’est trop tôt pour en parler. Toutes les cartes vont être rebattues. Mais vu les intérêts en jeu, tous les leaders seront là, le Top 30 ou 40 mondial, et vu le parcours ca risque d’être palpitant. De là à en faire une course plus ouverte je sais pas. Mais tout le monde arrivera le couteau entre les dents. Ca promet une grande bataille.

N’est-ce pas un peu utopique de penser que le Tour puisse se tenir, même à ces dates?

Personne ne peut l’affirmer. On parle d’une échéance assez lointaine. Même les plus éminents scientifiques n’en savent rien. Il n’y a aucune unité sur les mesures dans les différents pays, donc ça pose forcément question par rapport à la dimension internationale du Tour. Maintenant c’est important d’avoir une date et de se projeter. C’est pas une certitude, mais si la pandémie est contenue, le Tour aura une place. L’échéance semble réaliste pour prendre un semblant de vie normale.

Comment vis-tu cette incertitude?

Depuis hier ça va mieux. Depuis fin mars je montais sur le vélo sans trop savoir pourquoi. Juste pour garder un minimum de forme. Là finalement si tout se passe bien, je pourrai recourir en août. Cela offre une perspective. On en a tous besoin dans nos secteurs d’activité respectifs. Moi je me sens impuissant et inutile à rester confiné chez moi. Là au moins on a la perspective de pouvoir reprendre nos vies. Et puis le cyclisme d’un côté a essayé de se sauver un peu lui même en maintenant le Tour.

En attendant est ce que tu fais des courses sur Zwift (e-sport)?

A l’heure actuelle on a que ca à se mettre sous la dent donc je le prends volontiers, mais je ne continuerai pas après. Ca reste un bon palliatif pour faire des efforts. Mais je suis pas très jeu vidéo, donc ça m’est un peu étranger. C’est bizarre, mais à l’heure actuelle ça permet de rouler avec les copains de se faire un peu mal et de casser la routine, donc vraiment je le prends volontiers, mais rien ne vaut le plaisir de rouler en montagne ou de faire de vraies compétitions.

Tu as pris un peu de poids?

Honnêtement ça va je pensais que ce serait pire. L’appétit est là, j’aime manger, donc j’ai pris entre un et deux kilos, mais ça reste correct. Ce sera pas le frein majeur à revenir en bonne forme. J’ai plus d’inquiétude sur mon endurance et ma technique de pédalage. Le rouleau c’est pas comme la route.

Tu penses avoir perdu de la technique de pédalage?

Oui, ça va faire deux mois. On reste assis sur le home trainer, contrairement au vélo, ça bouge pas du tout, j’ai peut d’avoir perdu de la sensitivité, et il va falloir un temps de réadaptation; D’où les 4 à 6 semaines avant de revenir à la compétition. Ca va pas être fameux sur les premières sorties. 3 heures et demi de home trainer, ca reste loin de ce qu’on peut faire sur les classiques. Je sais que je me désentraîne vraiment sur cette période. 

Lire la suite sur RMC Sport