Bardet : “L’équipe a donné la priorité au Tour pour sauver la saison”

Vincent Lavenu a annoncé mercredi votre participation au Tour de France. C’est une décision actée ?

Romain Bardet : “Oui, c’est acté. Nous nous sommes vraiment réjouis de cette nouvelle. Un temps, le pire des scénarios a été envisagé. Se dire que le plus grand événement du cyclisme mondial va se tenir, ça donne une perspective. J’ai faim de compétition, de remettre un dossard et de me mêler à la lutte. Si le Tour se tient à ces dates, j’en ferai partie. Nous avons maintenant un calendrier, des perspectives. En tant que sportifs de haut niveau nous avons besoin d’objectifs. Nous ne savions pas pourquoi nous montions sur le vélo le matin. C’est enthousiasmant d’avoir des dates de reprise et d’envisager des plans. Dans la façon de l’aborder, ce Tour de France 2020 sera vraiment différent.”

Le Giro était à votre programme. Pourquoi avoir changé vos plans ?

R.B. : “Je n’ai pas beaucoup d’informations, vous êtes peut-être mieux informés que moi. Il reste de gros doutes sur le format du Tour d’Italie et de la Vuelta. Ils parlent de garder le Giro sur trois semaines mais est-ce que ce sera vraiment le cas au final ? Le Tour de France a pris la place centrale de la saison et je ne me vois pas passer septembre à la maison en attendant de courir. Cette saison va vraiment être absolument singulière. Je suis cartésien, je ne me voyais pas faire mon calendrier sur des Vuelta ou des Giro qui peuvent se chevaucher. L’équipe a donné la priorité au Tour pour sauver la saison.”

Vidéo – “Le Tour de France est une lumière au bout du tunnel”

03:59

Aura-t-il la même saveur ?

R.B. : “Oui je le pense. Nous nous réjouissons de sa tenue même si ce ne sera pas pareil. Nous vivons une période troublée et même s’il y a des élans de solidarité, le confinement isole beaucoup. Nous avons besoin du Tour comme fête populaire pour se rassembler. Évidemment les dates seront particulières puisqu’il y aura la rentrée scolaire en même temps. Il faudra aussi voir quels seront les accès pour les étrangers hors de l’espace Schengen. Bien sûr, il y aura moins de public mais c’est un point d’ancrage pour nous.”

Le top 30 mondial et l’intégralité des leaders seront sur le Tour de France

Quels seront vos objectifs sportifs ?

R.B. : “Je ne suis pas là pour parler stratégie d’équipe, ce n’est pas le moment. C’est une année à grande inconnue. C’est trop tôt pour parler d’objectifs sportifs. Les cartes vont être rebattues. Vu les intérêts en jeu, il y aura l’intégralité des leaders du peloton, le top 30 mondial sans doute sur le Tour de France. Ça peut ouvrir la course mais je n’ai pas de boule de cristal non plus. Nous essayons de faire notre travail le mieux possible. Tout le monde va arriver le couteau entre les dents sur le Tour. Ça promet une grande bataille.”

Vidéo – Un plateau de gala sur le Tour ? “Ce sera la piste aux étoiles”

01:32

Comment viviez-vous cette incertitude jusqu’ici ?

R.B. : “Le flou a été levé depuis hier (mercredi). Depuis la fin du mois de mars, j’étais remonté sur le vélo mais sans savoir pourquoi. Si ce n’est pour garder un minimum de forme. Se dire que si tout se passe bien nous pourrons courir début août et faire le Tour à la fin de ce mois-là, ça ouvre des perspectives. Nous avons tous besoin de se raccrocher à des choses familières. Le sentiment d’impuissance nous gagnait. Je me sens parfois inutile à être confiné chez moi. C’est bien de pouvoir se raccrocher à des choses.”

Que pensez-vous de ce calendrier démentiel qui s’annonce ?

R.B. : “Les équipes vont devoir faire des choix. On parle de Liège-Bastogne-Liège en novembre, ça reste hypothétique. Novembre, ça me paraît loin. Le Tour a la place centrale, les équipes vont y mettre leur énergie et leurs ambitions. C’est ce qui me paraît le plus certain actuellement. Faire deux Grands Tours en moins de trois mois, ça me paraît ambitieux.”

Les Mondiaux restent un objectif ?

R.B. : “J’espère être sélectionné. L’approche va être différente puisque c’est une semaine après l’arrivée du Tour de France à Paris. Sans faire de plan sur la comète, je pense que le vainqueur des Mondiaux sortira du Tour. Ce sera la meilleure préparation pour les Mondiaux. Le calendrier a été fait de telle sorte que les meilleurs coureurs s’affrontent sur le Tour puis aux Mondiaux et ensuite sur les Monuments.”

Vidéo – Contador : “Je pense que cette quarantaine profitera à Froome”

01:25

Lire la suite sur Eurosport.fr