Athlétisme: accusé de violences conjugales, Compaoré devant la justice

Benjamin Compaoré, spécialiste français du triple saut, a été interpellé puis mis en examen pour violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure à huit jours sur sa compagne, selon une information diffusée ce vendredi par Le Parisien, qui évoque des faits survenus entre le 26 août et le 23 mars. La femme avait porté plainte lundi.

L’athlète de 32 ans a été déféré jeudi au parquet de Créteil (Val-de-Marne), puis laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Selon une source citée par le quotidien, il lui est interdit d’entrer en contact avec la plaignante et il n’a pas le droit de se rendre au domicile de cette dernière. L’intéressé nie les faits qui lui sont reprochés, d’après son entourage contacté par RMC Sport.

Audience prévue le 30 juin

Lors du dépôt de la plainte au commissariat de Nogent-sur-Marne, la femme de 30 ans aurait affirmé que Benjamin Compaoré venait de lui infliger une claque avant d’être maintenue au sol sous les yeux de leurs enfants. Le champion d’Europe 2014 a été placé en garde à vue peu après. L’audience devant le tribunal correctionnel est programmée au 30 juin. 

L’article 222-13 du code pénal prévoit une peine de trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende pour des violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours lorsqu’elles sont commises par le conjoint ou le concubin de la victime. Cette peine maximale est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 75.000 euros d’amende lorsqu’un mineur assiste aux faits. Lorsque les violences conjugales sont habituelles et causent moins de huit jours d’ITT, la peine prévue par l’article 222-14 est de cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende

Lire la suite sur RMC Sport